• Janick Laberge

"Les secrets de l'Institut", pourquoi parler de problèmes de la santé mentale en juin 2020?

Pourquoi donc s'intéresser aux problèmes de santé mentale précisément à ce moment-là? Et pourquoi sous la forme d'un recueil de nouvelles? D'abord, disons qu'en tant que médecin de famille, les troubles de la santé psychologique m'ont toujours intéressé. Ils constituaient d'ailleurs environ 30% de ma clientèle, comme pour plusieurs médecins de famille. Par contre, contrairement à certains de mes confrères qui n'étaient pas toujours à l'aise avec ces problèmes, par opposition aux problèmes de santé physique, je suivais moi-même la plupart de mes patients sans les référer en psychiatrie, sauf évidemment lorsque nécessaire et à l'occasion pour une consultation, dans les cas les plus sévères et dans le but d'obtenir une validation face à la conduite à tenir et des suggestions le cas échéant. Devant le facteur de stress important que constitue une pandémie, il était prévisible que les problèmes de santé mentale deviennent un véritable enjeu de société dans les mois et années à venir. J'ai voulu alors donner à ceux que ça intéresse, un outil d'interprétation, en quelques sortes, de certains des plus fréquents problèmes de la santé mentale qui risquaient, d'apparaître ou de s'intensifier face à une période de stress d'une telle ampleur. Le moyen didactique, sous forme de conférences par exemple, me paraissait un peu limitatif. De plus, dans le but d'exercer par la même occasion mes habiletés en création de nouvelles littéraires, j'ai décidé d'illustrer les problèmes de santé mentale par des histoires, plus ou moins inspirées d'histoires vraies.


Autres éléments de motivation, d'abord, je voulais faire un résumé historique d'une des institutions psychiatriques les plus connues et réputées du Québec, l'Institut universitaire en santé mentale de Québec, ex- Hôpital Robert-Giffard, ex- Hôpital Saint-Michel-Archange. Cadre dans lequel les personnages de mes nouvelles auraient tous évolué, à des époques différentes et dans des contextes bien différents. Un autre point important d'intérêt pour moi, et non le moindre, c'est que ma grand-mère maternelle, que je n'ai jamais connue, y est décédée en 1946 dans des circonstances pour le moins nébuleuses. Mes recherches pour ce livre m'ont donc aussi permis de me pencher sur cette histoire familiale obscure et cachée jusque là. Cela m'a permis de formuler ma propre opinion à partir des témoignages de certaines personnes de ma famille et de ce que ma mère m'avait raconté, par bribes, avant son décès. Le lecteur pourra constater, selon ce que j'en déduis, qu'il n'est pas impossible que ma grand-mère ait été internée à plusieurs reprises pour un problème de santé mentale qui n'en était pas un (certainement comme plusieurs personnes à cette époque), bien que ce désordre soit encore de nos jours classé dans le DSM V, livre de référence en psychiatrie, alors qu'il est bien davantage un problème de nature hormonal qui touche uniquement les femmes... Personnellement, j'ai toujours trouvé discutable que ce désordre se retrouve dans un livre de référence en psychiatrie. Je l'avoue, j'espérais un peu soulever le débat en ce sens; ça viendra peut-être un jour...


L'autre point important pour moi, puisqu'il s'agissait de ma première publication officielle, c'était de me libérer d'un fardeau extraordinaire pour quelqu'un qui aspire à devenir auteure: je suis dyslexique et dysorthographique. J'ai toujours du mal à me souvenir comment tel ou tel mot s'écrit. Bon. Je me suis renseignée sur les grands dyslexiques de tous les temps (et il y en a de très célèbres) qui ont carrément changé le monde. De plus, je raconte une anecdote dans le livre qui m'avait beaucoup frappé concernant un de mes professeurs en médecine, dyslexique, détenant quand même une double spécialité...


Outre toutes ces motivations, il y a les histoires de dix personnages, ayant vécu à des époques différentes et ayant chacun un problème de la santé mentale différent. Que ce soit la phobie sociale, la dépression majeure, le trouble de la personnalité narcissique, la schizophrénie, le trouble prémenstruel dysphorique, le TDAH, l'anorexie, le déficit intellectuel, le trouble obsessionnel compulsif ou le trouble de la personnalité limite (ou borderline). À la fin du livre, le lecteur retrouve également une annexe avec une description sommaire de chacun des problèmes exposés dans les nouvelles.


Un dernier élément important de motivation est qu'une partie des fonds recueillis de la vente de ce livre sont remis à l'organisme CERVO de l'Institut universitaire en santé mentale de Québec, pour la recherche et l'enseignement dans le domaine des problèmes de santé mentale.


« Les secrets de l'Institut » Tome 2, devrait voir le jour à la fin de l'année 2021, avec dix autres histoires et dix autres problèmes de la santé mentale missent au grand jour.


Pour vous procurer ce livre:

https://www.dendriteditions.com/shop

Ainsi que sur toutes les plateformes de vente en ligne.


MERCI de votre support!






64 vues

© 2019- 2020 par Janick Laberge