top of page

Le blues d’après les fêtes !


            Nous nous sommes tous déjà sentis un peu tristes après un événement comme un mariage, une soirée, une fête ou un voyage en famille. Nous attendions cet événement avec impatience pendant des jours, des semaines, voire des mois, et, dès qu’il est terminé, nous éprouvons de la tristesse et parfois de l’anxiété. Souvent un vide.

            Selon certains spécialistes de la santé mentale, ce phénomène s’apparente à un lendemain de veille. D’ailleurs, certains phénomènes biologiques le prouvent. Lorsque nous ressentons de la joie ou du plaisir, notre cerveau produit des substances chimiques associées au bien-être, à savoir des endorphines, des ocytocines, de la sérotonine et de la dopamine. En fait, notre corps nous récompense d’avoir fait des activités qui nous ont permis de survivre et de nous reproduire, comme s’alimenter, avoir des relations sexuelles et fraterniser avec d’autres personnes (l’union faisait réellement la force à l’époque préhistorique).

            Nous avons évolué, et la survie est devenue plus facile. Mais, notre corps continue de produire ces mêmes substances chimiques au cours d’activités que nous trouvons agréables et qui font partie de la vie. Alors, lorsque le taux de ces substances diminue, le malaise peut être plus ou moins perceptible d’une personne à l’autre. Certains d’entre nous y sont particulièrement sensibles…

            Les fêtes, un tourbillon de joie et de surprises.

 

            Pour ceux qui célèbrent Noël, le solstice d’hiver, Hanoukka, la nouvelle année ou Kwanzaa, et même pour ceux qui ne célèbrent pas ces fêtes, la dernière moitié de décembre est souvent synonyme de festivités, de réceptions, de gros repas et de temps passé avec la famille et les amis, en vacances ou en voyage. Nous avons hâte à toutes ces activités. Nous sommes peut-être excités à l’idée de donner ou de recevoir un cadeau spécial et heureux de voir nos enfants s’émerveiller.

            La période des fêtes est habituellement considérée comme un moment joyeux, et beaucoup de personnes s’y préparent pendant des mois. Il y a les achats à faire, les cadeaux à emballer, les cartes de vœux à écrire et à envoyer, la maison à décorer et la nourriture à préparer en grande quantité. Tout cela mène à de généreux festins, accompagnés de musique, d’éclats de rires, de cadeaux et de beaucoup d’amour, ce qui est vraiment agréable pour la plupart des gens. Toutefois, pour certaines personnes et pour les personnes qui ont des problèmes de santé mentale, ces festivités présentent parfois des inconvénients : mauvais souvenirs, stress supplémentaire, rencontres avec des gens avec qui le courant ne passe pas, souvent depuis de nombreuses années, voire avec des personnes avec qui on est en conflit, plus ou moins douloureux, etc. Ainsi, les fêtes peuvent présenter des défis plus ou moins grands dont on ne parle pas toujours dans l’effervescence du moment.

 

            Le temps des fêtes et la santé mentale

 

 

            Les stimulations trop intenses et l’anxiété comptent parmi les problèmes liés aux fêtes. Beaucoup de personnes qui souffrent de troubles anxieux et de certains autres problèmes trouvent que les fêtes sont une source de stress et elles préféreraient éviter cette période à tout prix. Pour ces personnes, les foules, les lumières étincelantes, le bruit, les nombreux baisers et les câlins ne sont pas agréables. Elles souhaiteraient plutôt les éviter ou, lorsque c’est impossible, seulement essayer d’y survivre…

            Nous oublions parfois que les choses qui nous réjouissent peuvent être une source de sentiments négatifs pour d’autres personnes. Pendant les fêtes, nous devrions être sensibles à ces différences. Nous devrions éviter de culpabiliser les personnes qui ne veulent pas participer aux festivités et éviter de les traiter de grincheux ou de radins. Ces personnes ne sont pas nécessairement ringardes ou antisociales. Elles peuvent simplement préférer des rencontres en petits groupes et souhaiter éviter les foules et le trop-plein de stimulations. Elles peuvent également vouloir échapper à la surconsommation ambiante qui ne correspond peut-être pas à leurs valeurs ! Faisons preuve de compréhension et de compassion envers tout le monde. Ce peut être un très beau cadeau de Noël à nous offrir !

 

            Les fêtes peuvent être éprouvantes pour tous

 

            Donc plusieurs personnes qui ne souffrent pas de problèmes de santé mentale peuvent aussi trouver la période des fêtes difficile. Celles qui ont des difficultés financières peuvent malgré tout se sentir obligées d’offrir des cadeaux, parfois sans respecter leur budget. Les fêtes peuvent également rappeler les bons moments passés avec un être cher qui n’est plus. Le premier Noël sans un parent, un conjoint ou un enfant décédé est toujours une étape difficile à franchir. Les fêtes peuvent également prendre une connotation négative, simplement parce que nous devons travailler, contrairement aux autres, ou parce que certaines obligations nous empêchent d’être avec les personnes que nous aimons.

 

            De fait, les fêtes ne sont pas aussi simples que nous aimerions le croire. Tout comme les mariages, les remises de diplômes ou les vacances de rêve, Noël apporte son lot de sentiments complexes qui ne sont pas toujours agréables. Certaines personnes peuvent croire qu’elles n’ont pas le choix d’apprécier cette fête, simplement parce que tout le monde semble l’aimer… Pourtant, nous pouvons choisir de participer aux festivités dans la mesure qui nous convient.

            Et souvent, même les personnes qui aiment les décorations, l’ambiance de Noël, les réceptions, la musique et le temps passé en famille se demandent pourquoi elles ne se sentent pas bien après toutes ces réjouissances. Ne devraient-elles pas être heureuses ? Et bien, après deux semaines de célébrations et de stimulations, il est tout à fait normal de se sentir un peu déprimé quand on revient au travail, à sa routine, parfois à sa solitude…

 

            Que faire pour se sentir mieux après les fêtes ?

 

            Le sentiment de « lendemain de veille » que l’on éprouve après les fêtes est semblable à celui ressenti par les personnes qui ont une dépendance à la cocaïne… Les « hormones de bien-être » qui sont produites par notre corps pendant les fêtes diminuent drastiquement après cette période. Même si certains se sentent assez bien après les fêtes, ce sentiment est difficilement comparable au high des réveillons et des rencontres en famille: ouvrir des cadeaux, se coucher tard, manger plein de bonnes choses avec les gens que l’on aime, etc. Il faut donc essayer de retrouver ses repères rapidement.

            De plus, nous mettons tant d’effort dans la planification de la période des fêtes et nos attentes sont si élevées que, lorsque les fêtes sont terminées, nous pouvons éprouver le sentiment de n’avoir plus rien à accomplir.

 

            Ainsi, si vous aimez la période des fêtes et que vous vous sentez un peu déprimé lorsque vient le temps de défaire l’arbre de Noël, voici certains conseils qui pourraient peut-être vous aider à vous sentir mieux.

 

            D’abord, rappelez-vous les bons moments, en pensées, ou en regardant des photos ou des posts que vous ou vos proches avez faits, ou bien parlez-en avec des amis. Sans abus… Rien ne vous empêche de continuer à éprouver du bien-être. De plus, essayez d’être reconnaissant pour ces bons moments : pour les vacances, les bons repas, les occasions d’avoir revu des êtres chers et pour tout ce que vous avez vécu et partagé durant l'année. Tout le monde n’a pas la même chance. Les spécialistes en santé mentale s’entendent pour dire que la reconnaissance est une excellente façon de se remonter le moral.

 

            Si vous vous sentez un peu triste parce que les fêtes sont terminées, essayez de vous concentrer sur un projet futur. Vous prévoyez faire un voyage ? Organiser une fête d’anniversaire pour l'un de vos enfants ou parents ? Vous aimeriez suivre un cours qui vous intéresse depuis longtemps ? Allez-y ! Foncez ! Comme toute bonne chose, la période des fêtes a une fin. Toutefois, vous pouvez conserver en vous les sentiments de bien-être qu’elle vous a procurés en vous concentrant sur d’autres projets à venir qui seront peut-être tout aussi emballants. Ainsi, vous pourrez faire durer Noël toute l’année !

 

            Je vous souhaite une merveilleuse année 2024 ! De la santé à profusion, de l’amitié et de l’amour en abondance, de la gratitude et de la douceur au quotidien, de la résilience et de la confiance dans les moments difficiles ; et je nous souhaite à tous, plus de paix, de fraternité et de conscience sociale et environnementale ! Le bonheur se bâtit au jour le jour…

 

                                                                                                          Janick



10 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page